APEDYS
   
La dyslexie, l'union fait la force!
   
Témoignage Orientation après la 3ème


Voici le témoignage d’une maman :
 

L’année dernière, mes 2 fils étant en troisième, se posait le choix de leur orientation future. Question au combien angoissante, surtout pour les parents, mes deux ados n’en réalisant pas vraiment l’importance…
Bien sur, ils sont tous les deux dyslexiques à des degrés divers et n’avaient aucune idée de ce qu’ils voulaient faire plus tard…  

L’ainé E…  étant dyslexique et dyscalculique sévère, avec des troubles de la mémoire immédiate, et de gros problèmes de repères dans le temps bénéficie depuis quelques années de l’assistance en classe d’une auxiliaire de vie à mi temps. Elle l’aide à la concentration, prend les notes, reformule les consignes…  
 

La dyscalculie, les problèmes de repérage dans le temps et de mémoire immédiate, le gênent plus actuellement que sa dyslexie (il se débrouille en lecture mais a une écriture vraiment illisible !). Toute les notions chiffrées (quantités, dates, volume (du chinois pour lui !)) lui posent problèmes et le handicapent au quotidien. Le choix d’une orientation était donc particulièrement problématique. Les enseignants conseillaient une orientation en CAP au vu de ses grosses difficultés en maths, mais la plupart des métiers manuels demandent quand même un minimum de connaissances en numération.  
 

Au cours  de mes recherches personnelles sur internet j’ai accédé au site de l’ONISEP (www.onisep.fr). L’avantage du site c’est que vous pouvez faire votre recherche de métier « par centre d’intérêt ». Mon fils aimant particulièrement le dessin, j’ai découvert comme cela qu’il y avait un lycée des métiers de l’art à Auray qui prépare à différents CAP dont deux tournés vers le dessin. 
 

Après il faut savoir que lorsque vous avez trouvé la formation qui vous convient, vous n’êtes pas du tout sure que votre fils y sera pris !L’orientation dans les établissements professionnels publics du 2nd degré se fait par la procédure AFFELNET. 
 

Qu'est-ce que la procédure AFFELNET ?
Chaque élève souhaitant intégrer un établissement public professionnel à l’issue de sa 3ème  doit émettre 3 vœux d’orientation.

AFFELNET est une procédure informatique qui permet un classement automatisé des élèves sur chacun de leurs vœux d'affectation en fonction d'un barème établi sur plusieurs paramètres :
notes coefficientées selon la formation demandée;
avis du conseil de classe;
ordre des vœux;
cohérence entre formation d'origine et bac professionnel d'accueil;  

Ces 4 éléments cumulent un certain nombre de points en fonction du barème établi. La procédure de classement informatisée est identique pour tous les candidats, quelle que soit leur origine.
 

Les candidatures des élèves des établissements publics et privés sous contrat sont saisies directement par les établissements d'origine, sous la responsabilité des chefs d'établissement.
 

Donc une fois que l’établissement dans lequel votre enfant est scolarisé a saisi ses vœux, ses notes, son avis sur l’orientation, il y a une grosse cuisine informatique qui attribuera les élèves dans chaque section en fonction du nombre de places de la section et du total de points des élèves qui ont demandé cette section ! Pour certaines sections dont le nombre de places est très restreint ce n’est pas gagné ! 
 

Heureusement j’avais entendu parler de la possibilité d’attribuer un bonus médical pour appuyer l’orientation. J’en ai parlé au médecin scolaire qui m’a dit qu’effectivement afin de forcer (dans la procédure AFFELNET)  l’orientation de certains élèves dont le handicap limitait le choix de leurs formations, il était possible de se voire attribuer un quota de points supplémentaires (9999 points donc devant tous les autres !) pour forcer l’orientation dans la section choisie en premier vœu. Pour cela le médecin scolaire a transmis les éléments nécessaires à la commission départementale de l’éducation nationale chargée de statuer sur l’accord ou non du bonus médical. Nous avons eu un avis favorable ce qui a permis à E… d’intégrer le CAP qu’il souhaitait et qui lui convenait. 
 

Après un premier trimestre un peu difficile à cause de l’adaptation à l’internat, il s’éclate maintenant particulièrement dans les cours technique (dessin, apprentissage de logiciels de dessins… 20H par semaine). Pour les autres cours d’enseignement généraux il est toujours assisté par une auxiliaire de vie. 
 

Mon second fils F… est aussi dyslexique et dyscalculique mais beaucoup moins que son frère. Par ailleurs il est plutôt hyperactif et avait donc besoin de trouver une formation qui lui permette de se dépenser physiquement.
 

Etant dans une troisième agricole il avait 2 stages de découverte en entreprise à faire au cours de son année. Il a décidé de faire un stage en charpenterie, mais à l’issue de son stage il a constaté que cela ne lui plaisait pas. Comme il fallait qu’il se dépense physiquement nous lui avons conseillé d’essayer un stage chez un agriculteur et il a été emballé. 
 

Ses difficultés scolaires étant moins importantes que celles de son frère les enseignants lui ont conseillé une orientation en BEP avec ensuite une continuité possible en Bac Pro. Nous l’avons donc inscrit dans un lycée professionnel agricole en BEP productions animales. Peu avant la toussaint il a « craqué » en nous disant que les cours étaient trop théoriques, qu’il avait de mauvaises notes et qu’il était largué. Après examen de la situation il s’est avéré qu’il n’avait que 2 heures de travaux pratiques par semaine, ce qui ne correspondait en fait pas du tout à l’idée que nous nous faisions de la formation professionnelle. Nous l’avions orienté dans cette branche, particulièrement parce qu’il avait besoin de cours pratiques et d’activités en extérieur, c’était raté ! 
 

Comme le métier l’intéressait nous l’avons donc changé d’établissement et il suit maintenant la même formation au sein d’une maison familiale en alternance. Une semaine à l’école, une semaine à la ferme. Il est ravi ! Les cours ne lui pèsent plus, car il apprend une partie directement en pratiquant. Il lui reste toutefois à apprendre à organiser son travail personnel (l’organisation ce n’est pas son fort !), pour travailler ses cours plus régulièrement et de manière plus efficace….
  

Ayant pas mal ramé l’année dernière avec l’orientation de mes deux gars, j’espère que mon témoignage apportera quelques réponses  à ceux qui sont aujourd’hui dans cette situation.
 



Posté le Jeudi 05 mars 2009 @ 11:52:18 par adminv

Liens Relatifs



Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 

claudia15
2077       

claudia15
  Posté : 21-03-2009 17:31

Bonjour,
je suppose que la procédure AFFELNET est comme PAM ?
Vous avez eu beaucoup de chance d'avoir le bonus médical. Il faut savoir que seul le médecin de l'académie donne les pts en fonction du dossier, sans même connaître l'enfant et ses difficultés. Pour mon fils en fin de 3ème, alors qu'il est dyslexique et dysorthographique, il n'a pas eu ce bonus et n'a donc pas pu intégrer l'école d'arts dans laquelle il souhaitait entrer. Après une année bien difficile, il a fini par être dans un lycée expérimental où il revit, mais je suis consciente que le chemin a parcourir reste long, car tout repose sur le bon vouloir des académies.


  Profil
minouchette
955      

minouchette
  Posté : 10-04-2009 23:01

Bon l'orientation scolaire de mon fils dys se met bien,mais j'ai beaucoup aimé votre témoignage.


  Profil
aide
6  

aide
  Posté : 19-02-2010 12:44

Bonjour,

Mon fils est en 3ème et comme il n'y a eu aucun aménagement, cette année malgré sa reconnaissance de handicap par une dyslexie mixte importante, que la directrice est complétement désintéréssée par ces histoires de dyslexie, qu'elle n'a informé que la Prof Principale pour le PPS et que nous n'avons donc pas pu discuter avec les autres enseignants pour définir avec eux, ce qu'ils pouvaient proposer et leurs rappeler qu'ils devaient appliquer le PAI étant donné qu'on était dans le cas d'une reconnaissance de handicap par la MDPH et que sans ces aménagements mon fils ne pouvait pas réussir.
Arrivé maintenat à la fin du 2ème trimestre et ayant par conséquent de mauvaises notes.
Il va venir l'inscription sur affelnet et quand ils vant faire le total des notes, il ne sera certainement pas prioritaire dans le BAC PRO EDPI , à 15km de chez nous.
il a du déjà abandonné l'idée de faire un bac ST2S, malgré son intéressement pour les enfants, car lors des préinscriptions dans un lycée privé, le proviseur lui a dit qu'il ne l'inscrivait pas au vue de ses notes du 1er trimestre.
l était dans le privé en 6ème et 5ème , où les aménagements lui ont permi d'avoir des résultats honorables.
en 6ÈME ET 5ÈME, il prenait le train pour se rendre au collège, cela lui a donné une grande autonomie.
En 6ème,je l'ai autorisé à aller manger à FLUNCH, car il avait besoin de soitir du collège plutôt que de rester à la cantine.il se rendait chez l(orthophoniste , seul, pendant leurs heures de trous( cela avait été accordé par l'établissement)
En 5ème, toujours des aménagements mais courant du début du 3ème trimestre, je constate que s'installe une déprime et une volonté de revenir sur le collége public de proximité car l'élèment nouveau, était qu'il n'avait plus de copains dans la ville où il habite car ses copins d'école habite à 15km donc les mercredis et week end , il n'avait pas de vie sociale qui commençait à être importante pour lui.
D'ou la décision de respecter sa volonté, pour son bien être sociale, de mettre dans le collège de secteur en l'avertissant qu'IL ALLAIT DEVOIR ÊTRE FORT, car cela risquait d'être très difficile,
Il a effectivement retrouvé une vie sociale, et il avait raison sur ce point car à 14 ans, c'est important.
Seulement voilà, en 3ème, avec l'orientation, en faisant le totale des points pour les notes, si je ne fais rien pour qu'il obtienne son voeux d'orientation, le calcul arthimétiques des points sur affelnet, fera qu'il n'aura rien au bout du compte.
Alors, je trouve anormale que après 8 ans d'orthophonie et d'orthopthie, de reconnaissance de dyslexie mixte par les centre du langage, par une reconnaissance de handicap, que par une année de 3ème, sans aménagements et donc de mauvais résultats, le systéme affelnet , l'établissement et les enseignants , balaye mon fils du systéme en lui proposant l'apprentissage ou un bac pro éloigné mais peu demandé où on pourrait le prendre lui.
Mon fils me dit qu'il ne se voit pas apprenti car il n'aurait plus les vacances scolaires qui sont une bouffée d'oxygéne pour lui,qu'il ne veut pas être interne car il a besoin de sortir du lycée tout comme il allait à la cafet, en 6ème, juste pour ne pas manger à la cantine et "changer d'air", comme il disait.
Tous ceci n'a pas changé.il voudrait pouvoir aller dans ce lycé,où, il retrouverait dans le train, ceux qui fesait le voyage avec lui quand il allait au collège.
Pouvoir avoir ses vacances scolaires, rentrer le soir chez lui et faire du dessin assisté sur ordinateur avec solidworks, dans le bac pro EDPI car il adore ça et il a 17 de moyenne en techno.
Il passera le BAFA , en parallèle et fera des colos , pour ere en contact aves les enfants.
Mais dans l'immédiat,, je dois faire quelque chose pour lui et c'est donc par rapport au bonus médical que j'aimerai avoir des explications et des témoignages .
Pouvez vous me répondre.
Il a eu un témoignage mais de quelle académie , cela a été accordé.
nous dépendons de l'académie de grenoble et sommes dans le département de la savoie.
y a t -il d'autres cas qui ont pu bénéficier de ce bonus médical dans le cas de dyslexie mixte majeure reconnue par la MDPH.
mERCI POUR VOS RÉPONSES



  Profil
minouchette
955      

minouchette
  Posté : 20-02-2010 15:45

En réponse à Aide,
Etre parent d'un enfant dys,représente beaucoup de travail,et combats administratifs.Ce qui est important,c'est que le jeune soit dans une voie qui le motive, en lien avec ses centres d'intérets.Parfois,le handicap est tellement lourd que le dys n'a pas le choix et il est obligé de devenir apprenti.C'est sur,il n'à plus
de vacances scolaires et il faut être encore là pour servir de coatch.Si le jeune se sent bien en entreprise,celà l'aide à progresser.De plus,les contacts sociaux aident à l'épanouissement.
Souhaitons nous encore du courage pour aider nos enfants,et ce malgré les moments de doutes et de fatigue.
Mon fils est dyslexique,dysorthographique,dyscalculique,il a une reconnaissance de travailleur handicapé,il est
sportif,et apprenti vendeur en matériel de sport.Bien sur celà représente du tracas mais il faut bien essayer d'avancer.Je connais des adultes dys qui ont réussi a survivre à tout celà.Ensemble essayon d'y croire.

  Profil
ISA22
1  

ISA22
  Posté : 16-11-2011 16:06

J ai un fils de 15 ans qui se trouve en classe de 3 iéme, et dyslexie. Nous avons diagnostiqué sa dyslexie à l âge de 7ans, cela a été très dur au début. Avec un accord avec un lui, il a doublé sa classe de CM1. Orthophoniste tous les semaines pendant 5 ans, il a fait une pause, cela devenait dur pour lui, beaucoup de pression. Heureusement qu'il avait sa passion "le dessin", passe des heures et des heures à dessiner, il évacue le stress des études.
Nous sommes entrain de monter son dossier pour le brevet des collèges, rendez-vous avec le médecin scolaire, qui s aperçoit que mon fils a beaucoup de difficulté en écriture. Nous décidons ensemble la nécessité de reprendre l'orthophonie, pas facile à l'âge de 15ans.
Et là, la question, qu'elle orientation après la 3ième, pour lui la seule solution les métiers du dessin, mais pas dans l'industrielle mais le dessin artistique, dessin animé, le 3D.
Voilà, ou nous en sommes. La nécessité de lui une trouver une école ou il puisse exercer sa passion, surtout que tous les jours le collège devient une galère, que faire pour le soulagés...
ISA22




  Profil
Aller à la page : [ 1 | 2 ]
Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés. pour plus d'informations

Temps : 0.0905 seconde(s)